lundi 11 février 2008

Nous avons les moyens de vous faire raquer!

A l'heure où l'on nous bassine avec le "socle commun" des savoir fondemmentaux qu'un élève sortant du collège est censé avoir acquis au cours de son cursus scolaire, il est intéressant de constater combien la réforme des université complète ce joli programme avec toute la pervesité néo libérale requise.
En effet, la question de l'autonomie des universités met en balance les conditions d'accès au savoir qu'elles délivrent, en clair et pour être concret: les frais d'inscription ou le recrutement par dossiers d'excellence. Les conséquences de ces conditions, qui peu à peu se mettent en place, sont la restriction et la sélection des étudiants qui entrent à l'université.
Ainsi la boucle est bouclée.
A la base on bourre bien le crâne des plus faibles classes sociales en leur donnant juste le minimum du savoir: savoir lire les ordres donnés pour effectuer une tâche, et savoir compter le fric dans le morlingue pour le dépenser (et si c'est à crédit, c'est encore mieux!).
Et tout en haut, le moins de personnes possibles pouvant accéder à un savoir plus subtil, plus enrichissant, plus épanouissant, qui le plus souvent délivre des promesses de liberté, d'indépendance de pensée et de monde meilleur.

Mais certains ne se résignent pas encore à rendre concrète cette phrase célèbre du général, selon laquelle: "Les français sont des veaux".
C'est pourquoi il faut signer leur pétition et lire leur argumentaire : Dauphine pour tous.

2 commentaires:

  1. hannibal lecteurlundi, février 18, 2008

    nouvelle adresse bien enregistrée.

    je reste toujours un lecteur attentif, même si parfois, je trouve inutile de commenter tellement la note est limpide !

    RépondreSupprimer
  2. Merci. C'est surtout que la source d'où nous tirons nos billet est en général bien construite et bien argumentée. Nous ne sommes qu'un relais d'infos. Mais merci, ça nous encourage à continuer.

    RépondreSupprimer